Dictionnaire du naturophile

Les amoureux de la nature et défenseurs de la cause animale ont souvent un vocabulaire qui peut paraître « barbare » pour les novices dans le domaine. Je suis certaine que vous vous êtes déjà fait la réflexion en lisant des articles ou visionnant des vidéos : « Mais, ne pourrait-il pas penser aux personnes qui débutent, c’est quoi ça un tracking ?! ». Je vous propose aujourd’hui de vulgariser tous ces termes ensemble afin de créer le « Dictionnaire du naturophile », à la portée de tous.

Les courants, mouvements et acteurs du monde animaliste

Spécisme : Il s’agit d’un courant de pensée qui établit une hiérarchie entre les animaux. Dans cette vision, l’Homme se place en tête de liste. Par définition, les spécistes sont donc des personnes adhérant à ces propos.

Antispécisme : L’antispécisme est l’antagonisme du spécisme. Il s’agit donc des personnes qui ne croient en aucune forme de supériorité, de subordination et qui classent tous les êtres vivants égaux. Un antispéciste est donc une personne qui ne croit pas que l’Homme puisse être au-dessus d’un quelconque animal.

Militant : Un militant est une personne qui va chercher à faire passer ses idées, à défendre les causes qui lui sont chères. Ce militantisme va souvent passer par des campagnes de communication, de la sensibilisation.

Activiste : L’activisme est, dirais-je, une forme plus poussée que le militantisme. L’activiste va donc chercher l’action avant tout. On le retrouvera donc souvent sur le terrain, à l’inverse du militant qui comme dit précédemment, sera davantage « en arrière ». L’un ne pourrait se soustraire à l’autre : La sensibilisation est primordiale, et il faut également des acteurs sur le terrain pour mettre en place des actions.

Abolitionniste : L’abolitionniste est un ferveur défenseur de la cause animale sous toutes ses formes. Pour lui, il est inconcevable d’utiliser un être vivant quel qu’il soit, pour n’importe quelle raison. Il promeut les droits des animaux. L’animal est donc un individu, et donc au même titre que l’on n’utiliserait pas un humain pour l’exploiter, on n’utilise pas d’animal.

Welfariste : Les welfaristes sont assimilés aux utilitaristes. Pour eux, l’exploitation animale est tolérable si elle produit un plus grand bien. (vaccins, nourrir le peuple etc) Par exemple, les welfaristes ne souhaitent pas fermer les abattoirs mais pourront avoir à coeur de tendre vers un élevage plus éthique et respectueux.

Quelques régimes alimentaires

Végétarien : La personne végétarienne ne consomme aucune chair animale : Pas de viande, pas de poissons et crustacés.

Végétalien : Le végétalien ne consomme pas de produits animaux ou issus des animaux. Il ne consomme donc pas de viande, pas de poissons, pas de crustacés et de manière générale pas de produits laitiers, d’oeufs, de miel.

Flexitarien : Le flexitarien est une personne qui tend à réduire sa consommation de produits animal. Ce n’est donc pas un régime au sens strict : L’objectif est seulement de tendre vers une réduction de sa consommation.

Végan : Le régime végan est le régime par définition le plus « abouti » dans le respect de l’animal : En plus de ne rien consommer de ce qui est cité plus haut, il s’agit d’un mode de vie et de pensée. Tout ce qui est issu de l’exploitation animale est proscrit : vêtements, cuir, fourrure, cosmétiques, médicaments testés sur les animaux etc…

Le vocabulaire des associations refuges pour chiens et chats

FA : FA est l’abréviation de Famille d’Accueil. Il s’agit d’une personne ou d’une famille qui se désigne pour accueillir durant un laps de temps défini ou non, un animal le temps de son adoption. Dans ces cas-là, la nourriture et les soins sont pris en charge par l’association. La famille d’accueil aura pour mission de sociabiliser l’animal et surveiller son évolution.

Panier retraite : En général, le terme « panier retraite » signifie l’adoption d’un animal âgé mais qui reste sous la charge de la dite association. Les frais resteront donc encore sous la charge du refuge. Ce principe permet d’offrir une dernière chance aux animaux qui, autrement, finiraient leurs vies en refuge.

Le glossaire de l’activiste

Marquage : Il s’agit de « marquer » les animaux afin de pouvoir les identifier par la suite.

Trappage : Il s’agit de « pièges » pour animaux à l’aide de trappes. Cette méthode est particulièrement efficace pour les animaux égarés ou pour soigner un animal sauvage.

Baguage : Cela consiste à poser une « bague » sur les oiseaux afin de les marquer et ainsi de pouvoir les identifier. Le baguage est également possible sur d’autres espèces, par exemple les tortues.

Recensement : Le recensement consiste à identifier un certain nombre d’animaux afin d’évaluer l’évolution de leur population par exemple.

Tracking : Il s’agit d’un ensemble de méthodes permettant de repérer un animal.

Monitoring : Il s’agit d’une méthode de surveillance permettant d’écouter et de localiser les animaux.

Réhabilitation : Après une période d’observation, de surveillance et de soin d’un animal l’objectif est de le remettre dans la nature. Ce processus s’appelle la réhabilitation.

Relâcher au taquet : Le relâcher au taquet est la période transitoire entre le moment où l’on soigne l’animal et le moment où l’ont remet dans la nature. Il s’agit d’une « semi-liberté » permettant de ne pas trop brusquer l’animal et continuer à l’observer et lui prodiguer des soins si besoin.

Photo-identification : Il s’agit d’un processus permettant d’identifier les animaux en les photographiant à l’aide de leurs marques naturelles (par exemple, la courbure de l’un de leurs membres).

Fèces : Il s’agit des excréments. On utilise souvent ce mot pour les animaux.

Trekking : Un trekking est une randonnée pédestre dans des conditions plus ou moins difficiles.

Brousse : Quand on parle de brousse, on parle de longues étendues de végétations tropicales.

Vocabulaire de l’animaliste en vrac :

Être sentient : Un être sentient est un être qui ressent des choses. Ce terme est souvent utilisé par les animalistes pour définir les animaux comme être sentients.

Ecovolontariat : L’écovolontariat est un voyage engagé, une mission à laquelle une personne ou plusieurs se dévouent pour la nature/ les animaux. Mais tu trouveras plus d’informations ici.

Vivisection : Quand on parle de vivisection, on fait référence à de l’expérimentation animale.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :