Eco-volontaire au sanctuaire de loutres au Brésil

Le sanctuaire Projeto Lontra est situé au Brésil à Florianópolis et est géré par Alessandra et Junior.

Comment as-tu pris connaissance de ce projet ?

J’ai pris connaissance de l’existence de ce sanctuaire via Cybelle Planète.

Pourquoi ce choix ?

Je suis une grande pressée, lorsque j’ai quelque chose en tête difficile d’attendre. J’ai donc pris connaissance de cette mission qui était dans mon budget. De plus, je n’avais jamais songé à mettre les pieds en Amérique Latine et je me suis dis pourquoi pas. Je suis restée très attentive à l’organisation du projet: on venait me chercher à l’aéroport, on m’y raccompagnait, il y avait des commerces à proximité pour faire les courses, il y avait le wifi. Je n’y suis pas allée spécialement pour l’amour des loutres, mais pour l’amour des animaux. Etant antispéciste, cela aurait pu être n’importe quel animal.

A quoi ressemblait une journée type ?

Si je me rappelle bien, lever 8h et fin de journée à 17h. Les week-ends ne sont pas travaillés. Il faut savoir que le sanctuaire n’héberge pas que des loutres, il y a aussi: des feroes (furets), des iraras (martres), un raton-laveur.

  • Matin: Nettoyage des cages, préparation de la nourriture et nourrissage des animaux.
  • Le midi: Repas seul ou avec les autres éco-volontaires.
  • L’après-midi: Création d’enrichissements ou trekking ou kayak.
  • Fin de journée: Nourrissage des animaux.
  • Une fois par semaine les lundis: Nettoyage de la cuisine des animaux (sol, plan de travail, frigos…)

Le travail était-il intense ?

Cela dépendait des activités/ du travail prévu. Parfois, la création d’enrichissement pouvait être intense car cela impliquait de couper des bambous. Les trekking demandent également une bonne forme physique.

Il faut surtout prendre en compte le climat: en Amérique Latine il fait très chaud. Travailler en période de forte chaleur peut vite être épuisant.

Quelles sont les langues parlées ?

Au niveau du staff, les langues parlées sont le portugais et l’anglais. Cependant, il y a des éco-volontaires de tout horizons (français, brésiliens, américains, anglais…), on finit toujours par se faire comprendre.

Cette mission est-elle accessible aux enfants ?

Oui, à condition qu’ils aient une bonne forme physique et peuvent s’adapter en communauté.

Quelles étaient les conditions d’hébergement ?

Il s’agit de petits chalets en bois avec plusieurs lits équipés de moustiquaire. C’est très confortable. L’association fait de son mieux pour laisser les filles entre elles et les garçons entre eux mais parfois ce n’est pas toujours possible, il faut le savoir.

Un chalet comporte une salle de bain, pour les autres chalets il faudra simplement se rendre dans une salle de bain se trouvant dans un autre chalet.

La cuisine est collective, elle est grande et fonctionnelle (four, micro-onde, plaques chauffantes, rangements, frigo…).

Qu’est-ce qu’il y a à voir dans les environs ?

Le centre-ville de Florianopolis, le sanctuaire de tortues, les nombreuses plages, l’océan à dix minutes à pied, le lac (lagoa do peri) au sein même du projet…

Qu’en est-il de la sécurité ?

Florianópolis est un endroit vraiment sûr. Il n’y a strictement aucun souci à se faire. C’est une ville cotée du Brésil, les brésiliens y sont très chaleureux.

Je n’ai pas répondu à toutes tes questions ? N’hésite pas à m’en poser en commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :