L’éco-volontariat

J’ai réalisé à cheval sur 2018 et 2019 ma première expérience en tant qu’éco-volontaire. Cela fait notamment partie du pourquoi de la création de ce site web.

En travaillant avec les animaux, j’ai appris beaucoup de choses sur moi-même.

Jean-Jacques Annaud.

L’éco-volontariat c’est quoi?

L’éco-volontariat c’est partir pendant plusieurs jours afin de servir une cause. Cette cause est environnementale et animale. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un volontariat, il n’y a pas de rémunération pour l’effectuer et nous verrons plus tard qu’il y a un don financier à faire.

En quoi consiste le travail ?

Le travail diffère en fonction des missions. Il s’agit principalement des choses suivantes: recensement, soin, nourrissage, nettoyage, éducation à l’environnement, collecte de données…

Il faut savoir que le rythme du travail peut être plus ou moins intense selon les missions. De plus, la plupart des journées sont structurées, il s’agit donc de se lever à une certaine heure et de finir le travail à une heure donnée. Le volontariat ne s’apparente pas du tout à des vacances, c’est un engagement sérieux il faut le savoir.

C’est pour qui ?

Je dirais en premier lieu que c’est pour les personnes aimant la nature, les animaux.

Il faut savoir que certaines missions requiert d’avoir 18 ans au minimum et de parler un certain niveau d’anglais pour les missions à l’étranger. De plus, pour certaines missions en mer il peut être nécessaire de savoir nager.

A savoir également qu’il y a des missions qui acceptent les enfants, vous pouvez donc facilement partir en famille.

Comment ça se passe sur place ?

Sachez que vous êtes hébergé. La nourriture en revanche n’est pas toujours incluse. Vous êtes donc logé dans une maison/ des cabanes/ tentes/ chez l’habitant en fonction de la mission. Il est fort probable que vous ayez à partager votre chambre, et cela peut même être des chambres mixtes. Gardez-le à l’esprit!

Certaines missions imposent un régime vegan strict, renseignez-vous avant de partir si cela vous pose problème. Par ailleurs, si vous suivez un régime particulier n’hésitez pas à le mentionner.

L’électricité n’est pas toujours présente dans les chambres et peut être sporadique. En général, dans les lieux communs (salle de bain, cuisine) un minimum de savoir-vivre est requis: nettoyez après votre passage

En bref, chaque mission a ses avantages/ contraintes et il faut donc prendre les devants et se renseigner en amont.

Comment trouver une mission ?

Il y a des structures qui recensent les missions d’éco-volontariat comme: Cybelle Planète, Aventure Africaine, Project Abroad, Planète Urgence, Saiga…

L’avantage de ces structures est que vous avez accès à une grande quantité de missions et il est fort probable que vous trouviez celle qui vous correspond.

Cependant, vous pouvez également demander aux associations qui sont sur place elles-mêmes. Cela demande plus de temps: un travail de recherche en amont, de la vigilance quant à la fiabilité des informations trouvées mais cela peut avoir un côté avantageux notamment financièrement.

Justement, c’est payant ?

Alors oui, comme nous l’avons vu un peu plus haut l’éco-volontariat est payant. Pourquoi ? Parce que les associations disposent de peu de ressources et que les éco-volontaires sont souvent un moyen de subsister pour elles. Pour certains, cela peut paraître aberrant de payer et de travailler en plus. Je le conçois, mais il faut voir plus loin que ça. Il s’agit d’une expérience inoubliable, qu’on vit rarement dans une vie, et en plus vous permettez à l’association de vivre. Je trouve ça très honorable comme cause.

Les prix varient fortement d’une mission à une autre, d’un organisme à un autre, d’une association à l’autre. Pour vous donnez un ordre de prix en général les missions vont de 400 euros à 1500 euros la semaine.

Il y a cependant des exceptions ! Vous n’êtes pas forcés de payer une telle somme et donc pas forcés d’aller à l’étranger pour faire de l’éco-volontariat. Vous pouvez très bien rester en France et ainsi ne rien payer ou alors simplement l’adhésion à l’association (une dizaine d’euros). En France, vous pouvez vous occuper notamment des tortues au sanctuaire de tortues, des phoques à la baie de Somme, etc…

Et comment ça se passe au niveau du trajet ?

Sachez que peu importe où vous allez, vous devrez toujours payer votre trajet. Il faut le prendre en compte car pour une destination lointaine, le prix de l’avion peut chiffrer. De plus, si vous comptez aller loin il serait peut être mieux pour être en raccord avec les valeurs environnementales de rester au minimum un mois afin de limiter l’empreinte carbone.

Il vous faudra donc réserver vos billets, bien que certaines structures peuvent le faire à votre place.

Je vous conseille également de prendre une assurance, c’est très important.

En fonction des missions, à votre arrivée à l’aéroport on peut venir vous chercher (le transfert peut être gratuit ou payant), ou alors on vous demandera de prendre une navette/ un bus/ un ferry pour vous rapprocher un maximum.

Peut-on faire un stage ?

Certaines associations acceptent les stagiaires, d’autres pas. Il y a plusieurs domaines de stages auxquels vous pouvez prétendre: vétérinaire, communication, animation,…

Il est nécéssaire de s’y prendre bien à l’avance si vous voulez faire un stage.

Par ailleurs, certaines associations proposent des stages de formation complets afin de vous apprendre certaines expertises comme en communication par exemple.

Faut-il faire des vaccins ?

Certaines missions requiert effectivement des vaccins tout simplement en fonction du pays dans lequel la mission se trouve ou en fonction des animaux qu’on y rencontre. Il est important de se renseigner en amont, car, encore une fois, c’est un coût à prendre en compte.

Peut-on caresser les animaux ?

Alors, il faut savoir que la réponse officielle est non. Les animaux sont souvent voués à retourner à la nature, ou en tout cas, à garder leur nature sauvage. De ce fait, on ne peut pas les caresser. De plus, en les caressant nous pourrions leur transmettre des microbes que l’on ne soupçonnait pas.

Cependant, certaines missions requiert un contact étroit avec l’animal: nourrissage de bébés, soin d’animaux… Dans ces cas, il peut être possible d’avoir un contact avec les animaux.

Toutefois, je tiens à mettre une alerte: il ne faut pas garder cela en tête. C’est tout de même relativement rare, et on ne vient pas faire de l’éco-tourisme mais de l’éco-volontariat: le bien-être de l’animal avant le notre.

A t’-on du temps libre ?

Bien entendu, vous n’êtes pas exploités. Vous pouvez très bien pendant les week-ends ou en soirée visiter autour de vous dans le respect de la culture locale. Certaines associations organisent même des sorties pour les volontaires.

Et si j’ai un mauvais niveau en anglais ?

Comme dit plus haut, certaines missions requiert un bon niveau en anglais, d’autres pas.

Sachez que dans tous les cas, il est fort probable que vous vous retrouviez avec des personnes venant de tout horizon, et donc pour les français, sûrement d’autres français. Pas de quoi trop s’inquiéter donc. Cependant, pour une meilleure intégration et compréhension des tâches, je vous conseille de bûcher votre langue de destination en amont.

Je n’ai pas répondu à toutes tes questions ? N’hésite pas à m’en poser en commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :